La petite histoire du drapeau breton (Gwenn Ha Du)

drapeau breton gwenn ha duLe drapeau breton. Le symbole de la Bretagne. Egalement nommé Gwenn Ha Du, qui signifie noir et blanc en langue celtique, ce blason est la représentation officielle de la région et des provinces traditionnelles bretonnes. Le fanion breton se note Blanc e Neirr en langue Gallo mais il est plus fréquent de croiser la dénomination bretonnante. La bannière étoilée bretonne est réalisé avec des bandes horizontales noires et blanches (au nombre de 9 et superposées les unes aux autres) et son coin supérieur gauche est constitué d’une splendide moucheture d’hermine sur fond blanc. Pour les non-connaisseurs de l’étendard de Bretagne, les hermines sont ces petits symboles noirs verticaux qui seraient une représentation de l’animal en question.

Ou acheter un drapeau breton ?

De nombreuses boutiques en ligne propose des drapeaux à des prix très variés. Vous pouvez faire votre achat par exemple sur Amazon dans la section « drapeau breton ». Vous y trouverez toutes les tailles existantes disponibles : 90 x 150 cm pour les grands formats, 60 x 90 cm pour les tailles moyennes ou 10 x 15 cm pour des fanions de table aux couleurs de la Bretagne.

L’origine du Gwenn Ha Du

Le tout premier drapeau de Bretagne a été créé par l’architecte et militant nationaliste breton Morvan Marchal entre 1923 et 1925. La version actuelle du drapeau a très peu évolué, seule le nombre d’hermines présentes dans le coin supérieur gauche varie selon les versions du blason. On rencontre communément le drapeau breton qui possède onze mouchetures d’hermine disposées sur trois étages successifs. Mais l’on peut également rencontrer certains fanions qui posséderaient jusqu’à quatorze mouchetures d’hermine. Bien qu’étant assimilé au blason officiel de la Bretagne, le drapeau breton n’est pas la seule bannière représentant admirablement bien cette belle région. Il existe de nombreux autres fanions et étendards représentants les célèbres ducs de Bretagne, leurs armées, leurs flottes ainsi que des villes historiques bretonnes et les provinces traditionnelles.

La signification du fanion breton

Les onze mouchetures d’hermine placées dans le coin supérieur gauche du drapeau feraient référence à la Bretagne, sa province traditionnelle ou à la Bretagne actuelle. De nombreuses explications existent pour les mouchetures d’hermine. Quant aux neuf bandes horizontales noires et blanches, elles représentent les différents évêchés de la région :

  • Les cinq bandes noires font références aux provinces de la Bretagne gallaise, les pays de la Haute-Bretagne : pays Rennais, Nantais, Dolois, Malouin et pays de Penthièvre
  • Les quatre bandes blanches font références aux provinces de la Bretagne breizh, les pays de la Basse-Bretagne : pays Léon, Trégor, Cornouaille et le pays Vannetais

La petite histoire de l’étendard Made In Breizh

Avant toute chose, il faut savoir qu’avant la démocratisation de la bannière bretonne au sein des mœurs de la population, le blason « officiel » de la région était personnifié par le fanion d’hermine, symbole du grand duché de Bretagne. Ce n’est qu’à partir du 19ème siècle que les mouvances indépendantistes bretonnes commencent à émettre le souhait d’un drapeau nationaliste breton. En effet, le drapeau à hermine était perçu comme trop royaliste par les militants de la Bretagne indépendante. Malgré cela, le drapeau herminé à souvent été utilisé dans de nombreuses manifestations religieuses et culturelles en Bretagne.

Juste avant que la première Guerre Mondiale n’éclate, certaines mouvances catholiques bretonnes ainsi que des fédérations régionalistes ont utilisés le fanion d’hermine à croix noires (Kroaz Du) lors de leurs regroupements et manifestations.

Au commencement du 20ème siècle, la pression des nationalistes bretons se fait de plus en plus forte et le besoin d’un drapeau unificateur se fait véritablement ressentir au sein des populations de Bretagne. L’étendard d’hermine est encore une fois remit en cause du fait de son caractère royaliste et héraldique trop prononcé. A tel point que la bannière herminée n’est plus reconnue comme telle, car associée à des personnages historiques bretons très peu populaires. Exemple : Pierre Mauclerc a été considéré comme un très mauvais souverain breton et il utilisait la bannière d’hermine comme blason officiel.

Le drapeau breton naquit officiellement entre les années 1923 et 1925 et fut réalisé par Morvan Marchal, fervent breton et opposé au Kroaz Du traditionnellement utilisé par le clergé de la région.

Depuis ce jour, le drapeau breton n’a eu de cesse de se populariser et d’acquérir une légitimité à la fois sur le territoire breton, mais également au-delà des frontières régionales : le drapeau breton est reconnu comme le blason officiel de la Bretagne un peu partout en France. Il existe de nombreuses boutiques en ligne pour acheter un drapeau breton. Il est évident de dire que chaque breton est particulièrement attaché à ce symbole qui représente à la fois la culture et les traditions bretonnes mais également son histoire mouvementée et unique en son genre. Comme pour l’étendard breton, le drapeau interceltique et le drapeau Kroaz Du, la symbolique reste très forte en Bretagne.

 

La véritable andouille de Guémené Sur Scorff

L’andouille de Guémené est LE produit gastronomique breton par excellence. Cette cuisine du terroir a réussi à traverser les frontières de la Bretagne grâce à sa délicieuse texture reconnaissable par tous. Découvrez dans cet article tout ce qui fait la popularité de l’andouille guémenoise, son mode de fabrication historique et des recettes pour la déguster de façon authentique ! Lire la suite

Les autocollants bretons

Dès que l’on parle de l’enseigne BZH, la plupart des individus se rappelleront des superbes t-shirts que cette enseigne bretonnante permet d’acquérir.

Cependant la majorité des personnes vont penser directement les autocollants bretons aux stickers de la traditionnelle bigouden la plus célèbre du territoire breton. Et ces gens là ont bien raison car le sticker breton s’est transformé en authentique phénomène de mode qui s’est transporté dans des départements non-bretons.

Si vous prévoyez dans le futur de découvrir sous tous les angles cette somptueuse destination qu’est la Bretagne, ne soyez pas surpris à apercevoir une grande quantité d’adhésifs de la bigouden fixée sur les pare-chocs arrière des voitures locales. En Bretagne, région natale de l’entreprise créatrice des autocollants Breizh BZH, nous nous sommes aperçu que la popularité de ces adhésifs va continuer de croître régulièrement dans le futur.

Pour les personnes qui veulent connaître le chiffre d’affaire réalisé avec le sticker le plus populaire de Bretagne seront grandement désappointées car personne ne connaît exactement le nombre de sticker vendu. Mais on sait qu’elles se comptent par centaines de milliers. Cet autocollant  Breizh demeure un véritable succès populaire breton. Cet engouement trouve son origine au sein de la culture et les traditions bretonnes qui sont admirablement décorés par cet adhésif de Bretagne. Le côté humour de l’autocollant breton a beaucoup aidé à la réputation de la marque car il assume entièrement le fait que le territoire breton est une région unique, entraînante et particulièrement attachée à ses origines.

Les autocollants A l’Aise Breizh sont accessibles en cinq tons très sympathiques : rose, bleu, noir, vert et blanc. Les deux formes du sticker de Bretagne que vous serez amené à voir le plus sur les routes (en Bretagne et en France) sont l’autocollant A l’Aise Breizh noir et le sticker bigoudene rose qui sont très populaire auprès des passionnés de cet autocollant.  Le sticker breton est devenu un symbole breton sous toutes ses formes et ce phénomène est bien parti pour durer tout comme le drapeau breton.

La bretonne humoristique est devenue si tendance et demandée qu’elle peut apparaître bien en dehors du territoire de sa terre natale. On en remarque partout sur l’hexagone : beaucoup d’autocollant breton ont été aperçus en région parisienne (comme pour les types d’autocollant plaque d’immatriculation), plus au nord et le sud de la France ! La petite bretonne ne se satisfait plus de sa région natale, elle part même à l’assaut du pays tout entier !